Figeac. Place Champollion : du XIIe au XXIe siècle

Posted on Updated on

200906280879_zoom

Drôle de destin que celui de la place Champollion. Au XIVe siècle, après un agrandissement, elle s’appelait place de l’Avoine. Par la suite, elle deviendra la place des Menus Grains, la place des Châtaignes et, à partir du XVIIe siècle, elle se nommera la Place Haute.

Il faut savoir qu’au XIIIe siècle, avec la place du Froment (aujourd’hui la Halle), elle constituait un lieu central de la ville de Figeac, s’ouvrant sur la voie de l’Auvergne. Au XIVe siècle, elle accueillait la halle aux bouchers « Le Mazel », en lieu et place de l’actuel Café Champollion. L’activité bouchère y prospérera d’ailleurs jusqu’à la Révolution. Le « Mazel » fermait la rue Baduel. Sur un côté, se trouvait une maison du XIVe siècle, réaménagée, où se situe aujourd’hui le restaurant « Le Cinq ». Dans cette maison, au temps des Templiers, était créé un hospice en faveur des pèlerins qui arrivaient souvent malades et où beaucoup mouraient. Ce bâtiment communiquait à l’intérieur avec les écuries et la chapelle du XIIIe siècle, situées dans l’actuelle rue du Consulat (au n° 11). À l’Est, une maison du XIIe siècle agrandie, qu’on a longtemps nommé « La maison Gleye ». Ensuite, après la rue Émile-Zola, nous avions « La maison Cahuzac », du XIXe et XXe siècles, réaménagée, avec en sous-sol des arcades médiévales.

La rue Boutaric ouvrait sur la « Maison Peyrières » et « Le Griffon », qui date, lui, du troisième quart du XIIe siècle. C’est la plus vieille maison que l’on puisse dater de la ville de Figeac. Sur cette maison du Griffon, au rez-de-chaussée commercial, on distinguait des baies triples à l’étage et un pan en bois (aujourd’hui disparu). Elle présentait, sur sa façade, des sculptures de figures humaines, d’animaux mythiques et de feuillages.

Coté Ouest de la place, on voyait le musée Champollion, rez-de-chaussée du XIIIe et étage du XVIIIe siècles, avec des peintures murales visibles dans l’escalier datées du XVe siècle.

À partir du XIVe siècle, le fond de la place ne changea plus, mais garda son rôle de place centrale. En 1974, sur cette place, a été dressé l’Arbre de la liberté, qui disparaîtra rapidement car il fut scié une nuit.

La place s’appela aussi la Place aux Armes et, suite à la rébellion du canton de Fons, trois personnes y furent guillotinées.

De nos jours, la place Champollion occupe toujours un poste important dans la vie de Figeac. Sur le plan touristique, l’entrée du Musée Champollion se trouve sur cette place et les clés pour la visite de Figeac amènent le visiteur en ce lieu. Plusieurs commerces sont installés en ce lieu afin d’offrir aux touristes le meilleur accueil.

Merci à Maurice Borie et à Didier Bufaro pour leur aide dans les recherches.
in Ladepeche.fr